ACTUALITES Économie Emploi

Cinq ans depuis la réforme de l’assurance-emploi, le trou noir existe encore

Le mouvement Action-Chômage Pabok déplore que le gouvernement Trudeau n’ait toujours pas aboli la réforme Harper de l’assurance-emploi, tel que promis dans la dernière campagne électorale.

Le coordonnateur de l’organisme, Gaétan Cousineau, souligne que le trou noir, un écart de plusieurs semaines entre la fin des prestations et le retour au travail, affecte encore un grand nombre de travailleurs saisonniers.

Avec la diminution du taux de chômage dans la région, un employé qui se qualifie avec 450 heures assurables n’a droit qu’à 28 semaines de prestations, ce qui équivaut à 12 semaines sans revenu dans l’année.

Il faudrait qu’un travailleur saisonnier accumule 700 heures, soit plus de 20 semaines à temps plein, pour arriver à faire le tour du calendrier :

M. Cousineau ajoute que diriger les travailleurs saisonniers vers d’autres emplois, pour contrer la pénurie régionale de main d’œuvre, entrainerait une perte d’expertise dans des secteurs économiques importants :

À la mi-novembre, la députée fédérale Diane Lebouthillier convoquait une rencontre avec les directeurs de Chambres de commerce, et des industriels, pour discuter des problématiques liées à l’emploi dans la région.

Gaétan Cousineau se dit déçu que les syndicats et les intervenants auprès des chômeurs aient été écartés de la discussion.

Laisser un commentaire